Née en 1949 à Alger, Françoise Saur, après des études photographiques à l’école
Louis Lumière à Paris et à la Folkwangschule für Gestaltung avec Otto Steinert à
Essen (Allemagne), commence à photographier  dans les années 70.

En 1978 elle reçoit une bourse de la Fondation Nationale de la Photographie puis 
le Prix Nièpce en 1979.

De 1977 à 1983 elle fait plusieurs voyages en Chine.

Elle publie « L’Album de Françoise en Alsace » avec un texte René Nicolas Ehni
en 1985, le catalogue « Lenteur de l’avenir » en 1993, « Vosges Terres Vivantes »
avec un texte de Chloé Hunzinger en 1997. Celui-ci recevra le prix Maurice Betz
en 1998.

Suite à une commande du Ministère de l’Agriculture parait en 1999 « Massif Central
territoires intérieurs » aux éditions de l’Aube.

Bénéficiaire d’une allocation du Ministère de la Culture (FIACRE –CNAP) en 2000
elle réalise, pendant 3 ans, dans le sud algérien, son projet « Femmes du Gourara ».

Une rencontre et un travail avec la plasticienne Claudie Hunzinger en 2002 aboutit
à la publication de  « V’herbe ».

Soutenue par « L’imagerie Nomade en Lorraine », le Centre Culturel Français
d’Alger, la DRAC Alsace, elle réside en 2004 en Algérie et réalise « Petits contes
algériens ».

Le prix du CEAAC (Centre européen d’actions artistiques contemporaines à
Strasbourg) lui est remis en 2005.

En 2006 elle est en résidence à Cochin en Inde avec le groupe de musiciens 
« Les Emeudroïdes » sur le projet Madhura Sopnam  et en résidence à Saint-Louis
(Alsace) où naît la série “Portrait de Famille -  47°35’ Nord 7°33’ Est ».
           
En 2007 débute "Donnez-vous la peine d’entrer" avec une aide à la création de la DRAC qui aboutit à une grande exposition en 2010.

Dans le cadre d’un projet de l’association Surface-Sensible et avec l’aide du CCCL de Vientiane elle réside au Laos à l’automne 2008 sur le thème "Mémoires croisées –Laos/ France".

Le livre "Les Eclats du miroir / Petits contes algériens" parait en 2009 accompagné d’un texte de l’écrivain Boualem Sansal.

2011 voit l’aboutissement du projet "Donnez-vous la peine d’entrer" et la réalisation de "Endlichkeit" un travail à 4 mains avec G. Roesz donnant lieu à un livre d’artiste.

Une carte blanche au musée Bartholdi se traduit par l’exposition "les Dessous du Musée" en 2012, année qui voit aussi sa participation à la FEW de Wattwiller sur le thème de la "Nef des Fous".

Une résidence proposée par le CRI au château de Lunéville en 2013 préside à la série "Contes du quotidien".

2014 voit la parution du livre "Femmes du Gourara", accompagné d'un texte d'Abdelkader Djemaï et d'une préface de Rachid Bellil.

Work in progress: 2015 "Compositions sur le marbre" ; 2016 "Cybèle, si belles".

En 2017 parait "Les années combi", un petit livre de poche et, avec Joris Rühl, en une vidéo de 10 minutes soutenue par une aide à la création de la DRAC Grand Est.

Depuis 1970 elle tient régulièrement un journal photographique en noir et blanc.

Elle s'intéresse en 2018 au Saint Jérôme de Georges de La Tour suite à une demande du Cri des Lumières et produit "Saint Jérôme – Etudes".

Ses photographies sont dans les collections de: la Bibliothèque Nationale à Paris, Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration à Paris, du musée Cantini à Marseille, du musée N. Nièpce à Chalon/Saône, de la
Fondation Nationale de la Photographie à Lyon, du musée d’Art Moderne à
Strasbourg, du FRAC Alsace, de la galerie du Château d’Eau à Toulouse, du FNAC
de Paris, de la ville de Colmar, de la collectionneuse Madeleine Millot-Durrenberger,
du musée Réattu à Arles, du musée de Barcelonnette, de la  galerie Bleu-Acier à
Tampa en Floride,  du CMP à Bastia, du Museum of Fine Arts à St Petersburg en
Floride, du Folkwangmuseum  à Essen…..